Mon engagement :

Solidaires pour demain

Protéger les enfants et soutenir les parents

 

Juriste en droits de l’enfant, avec une expérience professionnelle de plus de 20 ans, je m’engagerai pour accroître la protection des enfants et des jeunes, tout en soutenant leurs parents, dans les domaines suivants :

Harcèlement entre les pairs : bullying/intimidation scolaire

On parle de bullying lorsque un enfant ou un jeune, ou un groupe d’enfants ou de jeunes, causent de manière répétée et intentionnelle, par des comportements verbaux, physiques et/ou sociaux, des dommages physiques et/ou psychologiques à une autre personne ou à un groupe de personnes qui se sentent impuissantes à réagir. Le bullying est souvent caché aux adultes, il peut continuer avec le temps et il continuera probablement si aucune mesure n’est prise. Outre les séquelles sur les victimes, 60% des maltraitants à l’école seront impliqués avant leur 24 ans dans un acte de délinquance.

JE M’ENGAGE pour faire adopter des mesures légales visant à prévenir et à combattre le harcèlement et la violence à l’école, par des programmes scolaires de prévention et d’action et des sanctions appropriées pour les auteurs.

Violence domestique

En Suisse, un enfant sur cinq est victime de violences dans la sphère familiale. Cette situation entraîne un fort impact sur la santé psychique et physique. Par ailleurs, elle banalise la violence comme solution éducative. Les parents qui recourent à la violence parce qu’ils sont démunis face aux difficultés qu’ils rencontrent dans l’éducation des enfants ont besoin d’assistance. Cependant, comme l’éducation est une affaire privée, les mesures visant à interdire les violences à l’égard des enfants dans le contexte domestique sont mal perçues.

JE M’ENGAGE pour que le droit à une éducation sans violence soit ancré dans la législation civile suisse et pour que les parents soient soutenus de manière efficace, mais sans intrusion inutile dans l’intimité de la famille.

Cybercriminalité impliquant des enfants

Les enfants et les jeunes ne savent pas forcément distinguer le légal de l’illégal sur internet et leurs parents ne sont pas toujours conscients de leurs activités en ligne. L’utilisation des médias électroniques entraîne une série de situations complexes, comme le cyberharcèlement, le sexting (envoi électronique de textes ou de photographies sexuellement explicites), le grooming (piégeage d’un enfant à des fins sexuelles par voie électronique) et même la pédopornographie. Certains de ces comportements ne sont pas incriminés pénalement en Suisse.

JE M’ENGAGE pour que les enfants et les parents reçoivent une information adaptée et actualisée, afin de prévenir les comportements à risque sur internet, et que les formes les plus graves d’atteinte à la personnalité des enfants au travers de medias électroniques soient réprimées par des normes pénales spécifiques.

Congé parental

L’enfant a le droit d’entretenir des relations avec ses deux parents dès sa naissance. Or le droit fédéral ne prévoit pas de congé pour les pères. Lors de la naissance de son enfant, le père peut uniquement faire valoir un droit aux « jours de congé usuels » soit, en principe, un à deux jours de congé payés.

JE M’ENGAGE pour un congé parental.

Congé d’adoption

Les parents qui adoptent n’ont droit à aucun congé spécifique pour accueillir leur enfant. Par souci d’égalité avec les parents biologiques, un congé d’adoption doit leur permettre de s’occuper au mieux de la venue de leur enfant.

JE M’ENGAGE pour un congé d’adoption.

Structures d’accueil de la petite enfance

En Suisse, les offres d’accueil adressées à la petite enfance sont soit insuffisantes, soit trop chères, soit les deux ! Il existe 60’000 places de crèche : un seul enfant sur cinq en préscolaire dispose d’une place pour toute la semaine, soit un sur trois en Romandie et un sur dix dans les cantons ruraux alémaniques.

JE M’ENGAGE pour des structures d’accueil en quantité suffisante, abordables et disposant d’un personnel qualifié.

Bâtir un espace commun inclusif et égalitaire

 

Santé

La santé est le sujet qui préoccupe le plus les Suisses. Chacun est directement lié à cette thématique. D’abord parce que tout le monde doit payer des primes d’assurance maladie. Ensuite, parce que les économies faites sur le dos de la santé ont des répercutions réelles sur le quotidien, alors que tous souhaitent conserver une médecine de qualité.

JE M’ENGAGE pour un plafonnement des primes de l’assurance maladie obligatoire à 10% du revenu disponible et la promotion d’une couverture médicale de qualité pour tous.

Retraites et soutien aux seniors

De nombreux seniors deviennent de plus en plus pauvres. En Suisse, ce phénomène inquiétant touche 25% des personnes de plus de 65 ans vivant seules et 10% des couples de plus de 65 ans.

Actuellement, on envisage l’augmentation de l’âge du départ à la retraite, alors que les demandeurs d’emploi de plus de 55 ans peinent à trouver une place de travail. Les emplois des personnes dont l’âge approche celui de la retraite nécessitent par conséquent une sécurité.

JE M’ENGAGE contre toute hausse de l’âge la retraite sans protection accrue des travailleurs les plus âgés.

Une fois retraitées, les personnes de condition modeste ont réellement besoin d’un système juste, durable et solide. L’acceptation du projet de réforme fiscale et de financement de l’AVS (RFFA) par le peuple suisse, le 19 mai dernier, représente une bonne nouvelle pour l’avenir de notre système de retraites. Cette réforme est une première victoire mais il reste encore beaucoup à faire.

JE M’ENGAGE pour une politique de compromis juste et réaliste qui renforcera notre système de prévoyance vieillesse, permettant à chaque retraité-e de vivre dignement.

Inclusion des personnes en situation de handicap

La Suisse doit poursuivre sa dynamique pour le respect et l’accompagnement des personnes en situation de handicap, en protégeant leur dignité, en encourageant leur autonomie et en menant une action visant à faciliter leur insertion dans la vie active et sociale.

La réduction des aides pour les enfants dont les parents sont en situation de handicap, votée cette année par le Conseil national, est une décision profondément injuste.

JE M’ENGAGE pour une aide financière forte permettant davantage d’autonomie.

Les personnes ayant un handicap bénéficient de très peu de moyens favorisant leur inclusion dans l’espace commun. Les infrastructures améliorant l’accessibilité manquent dans certains lieux publics ou structures privées, notamment les gares dont 59% ne comportent pas d’accès suffisant. De plus, dans la loi sur l’égalité pour les handicapés, leur accès à l’emploi concerne seulement les services étatiques et non les entreprises privées.

JE M’ENGAGE pour l’inclusion des personnes en situation de handicap, par le développement d’infrastructures qui leur sont praticables et l’accès à l’emploi dans les secteurs public et privé.

Lutte contre la précarité

L’exclusion sociale est une réalité, aussi en Suisse. Notre pays compte 615’000 personnes en situation de précarité dont 140’000 travailleurs pauvres, et 1’202’000 habitants seraient concernés par la pauvreté ou menacés de l’être. La pauvreté des enfants est un sujet important en Suisse : 108’000 enfants sont directement concernés par la pauvreté, tandis que 155’000 autres vivent dans des conditions de précarité, à peine au-dessus du seuil de pauvreté. Les enfants qui grandissent dans un contexte de pauvreté sont défavorisés sur le plan matériel, connaissent l’exclusion sociale et des perspectives plus faibles dans le domaine de la formation. Ces difficultés rencontrées au début de leur vie ne pourront pas être supprimées par la suite. Les enfants concernés restent souvent pauvres une fois atteint l’âge adulte.

La pauvreté est un « tabou » très helvétique. Souvent, les personne vivant dans la précarité sont délaissées et choisissent de ne pas raconter leurs difficultés quotidiennes amenées par le cercle-vicieux de la pauvreté : elles sont invisibles aux yeux de la société.

JE M’ENGAGE pour une politique sociale forte et ambitieuse, pour davantage d’inclusion sociale.

Les associations formées de gens engagés en faveur du bien commun sont des acteurs majeurs de la lutte contre la pauvreté, car ce sont elles qui se préoccupent des invisibles, pendant que des politiques anti-sociales sont menées.

JE M’ENGAGE pour un soutien clair aux associations et aux différents acteurs présents sur le terrain.

Egalité femmes-hommes et violences sexistes

Le 14 juin 2019, jour de la grève féministe, a été un jour historique en faveur de l’égalité femmes-hommes et des droits de toutes les femmes. Les rues de Suisse étaient parées de violet et nous avons montré au monde entier notre détermination. Mon engagement féministe est sincère. En octobre prochain, je formule le souhait qu’une vague progressiste et féministe atteigne la Coupole fédérale, afin de changer la société patriarcale dans laquelle nous vivons encore.

En Suisse, une femme gagne 14% (20% en Valais !) de moins qu’un homme, pour le même poste et les mêmes efforts. Cette inégalité est profondément inacceptable.

JE M’ENGAGE pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, notamment en matière salariale et d’assurances sociales, et pour davantage de représentation des femmes dans les conseils d’administration ainsi que dans la sphère politique.

Les violences sexistes, le harcèlement de rue, les agressions physiques ou verbales et les comportements misogynes n’ont aucune place au sein de notre société. La situation en Suisse est grave : une femme sur cinq subit, durant sa vie, des violences dans son couple et deux femmes par mois meurent sous les coups de leur partenaire ou ex-partenaire. Les pouvoirs publics doivent prendre les mesures nécessaires pour l’accueil, le soutien, l’accompagnement et l’écoute des femmes victimes de violence, notamment en amplifiant la prévention auprès des plus jeunes, la formation de tous les corps de métier et la protection des femmes menacées.

JE M’ENGAGE contre les violences faites aux femmes.

Lutte contre les discriminations

Le racisme, l’antisémitisme, le sexisme et les LGBTphobies sont réellement présents dans notre société. Ils doivent être combattus sans faiblir. Face à la haine, au repli sur soi et au rejet de l’autre, il est impératif de cultiver le respect, le dialogue et la fraternité, valeurs essentielles pour que chacun-e puisse vivre et s’émanciper dans la paix, la sécurité et la liberté.

JE M’ENGAGE pour encourager toutes les démarches pédagogiques ou associatives valorisant la diversité et favorisant un lien social meilleur.

Formation et culture

« L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde » proclamait Nelson Mandela. Le rôle principal de l’enseignement public est, évidemment, d’apprendre les savoirs fondamentaux aux élèves. Sa mission est toutefois aussi de transmettre à chaque enfant les valeurs essentielles au vivre-ensemble et de lui donner le goût de la découverte, de la critique et de la curiosité au monde. En outre, la culture est un élément essentiel dans nos écoles, mais aussi dans la vie quotidienne. Soutenir la culture, la liberté de création et le patrimoine national, c’est un devoir collectif !

Notre système d’enseignement supérieur, fort de ses filières nombreuses, de ses écoles renommées et de ses passerelles pertinentes, représente l’excellence helvétique. Cependant, certaines personnes ne peuvent y accéder pour des raisons sociales et financières.

JE M’ENGAGE, afin de laisser une place à tous les jeunes ou les moins jeunes et de casser les « destins imposés », à promouvoir une formation qui corresponde aux capacités et aux ambitions de chacun-e.

La dimension artistique a de nombreux atouts. Elle permet d’expliquer la société et de comprendre ses enjeux. Plus concrètement, la culture apaise et elle développe un sens aigu de la beauté. Dans un monde trop souvent violent, la pratique ou la contemplation d’un art serait très utile dans le milieu scolaire.

JE M’ENGAGE à soutenir toute action visant la promotion de la culture et l’encouragement des artistes.

Promouvoir le développement durable

 

Mobilité douce

La Suisse est en retard dans son ouverture à la mobilité douce. Evidemment, l’utilisation de la voiture individuelle reste indispensable à la population alpine. Sa place est toutefois excessive. Notre rapport au déplacement doit être repensé.

Pour certains trajets, en ville, pour se rendre au travail ou pour d’autres activités, les moyens de mobilité sont nombreux. Le vélo – éventuellement électrique pour les moins sportifs – en est un. En fonction du trajet habituel, celui-ci se montre tout autant utile qu’un véhicule à moteur à combustion, sans les nuisances de ce dernier.

JE M’ENGAGE à encourager l’utilisation du vélo pour le remettre au cœur de la cadence quotidienne.

Début mai, les CFF ont annoncé la hausse de 10% du prix de l’abonnement général (AG), l’augmentation 45% du prix de ce même abonnement pour les jeunes de plus de 25 ans ainsi que l’abolition de la carte journalière fournie par les communes. Je regrette profondément ces décisions.

JE M’ENGAGE à défendre des tarifs de transports en commun accessibles, pour la jeunesse et le climat.

Transition énergétique

Le dérèglement climatique est une réalité que seuls les cyniques et les inconscients continuent à nier. Si l’humanité n’agit pas avant 2030, il sera trop tard. Dans le monde entier, des jeunes descendent dans la rue et appellent les responsables politiques à prendre leurs responsabilités pour un futur durable.

La protection de la planète exige notamment une politique énergétique forte, axée sur les énergies renouvelables. En Suisse, la stratégie 2050 est une bonne nouvelle. En tirant pleinement profit de ses énergies renouvelables, notre pays peut baisser de 85% ses émissions de CO2. C’est principalement l’énergie solaire qui doit être multipliée, sans toutefois négliger d’autres pistes (rehaussement des barrages existants, éoliennes…).

JE M’ENGAGE pour un plan d’investissement massif dans les énergies renouvelables, en rejoignant la dynamique du Green New Deal.

La fin des émissions de gaz à effet de serre constitue une priorité mondiale et la transition énergétique demande une action globale. Pour cette raison, la Suisse doit soutenir cette action dans les autres Etats, en particulier ceux qui ont moins de moyens, en montrant qu’il est possible de prendre des mesures avec détermination contre le réchauffement climatique.

JE M’ENGAGE pour que notre pays défende dans le monde l’esprit d’action et de responsabilité de l’Accord de Paris COP21, pour une politique écologiste gagnante.

Economie, commerce et finance

Ma vision de l’économie, du commerce et de la finance vise à relever les nombreux défis mondiaux, en prenant en compte l’urgence climatique et l’humain, avant de rechercher la performance à tout prix . Le mariage de l’économie avec le duo social-écologie est un but atteignable et bénéfique pour tout le monde.

JE M’ENGAGE pour croissance raisonnable, afin de satisfaire équitablement les besoins de tous, et pour une économie solidaire, conciliant l’activité économique, l’aspect social et les actions écologiques.

Agriculture et viticulture

L’agriculture en général, la viticulture en particulier, sont confrontées, depuis des années déjà, à des défis importants.

L’agriculture façonne le paysage, mais elle doit d’abord nourrir la population et ceux qui la pratiquent doivent être en mesure de vivre décemment de leur activité

JE M’ENGAGE pour que les agriculteurs suisses perçoivent un prix juste de leurs produits.

La mission première de l’agriculture ne doit toutefois pas être accomplie au détriment de l’environnement

JE M’ENGAGE pour favoriser la production locale, des circuits de distribution courts et des méthodes de production respectueuses de l’environnement naturel, du bien-être des animaux et qui favorisent un développement durable..

Défendre la solidarité internationale

 

Europe

Les relations avec l’Union européenne procurent à la Suisse de nombreux avantages commerciaux, en matière de sécurité et pour la protection des libertés de chaque citoyen-ne. Même si nous devons rester critiques, notamment lorsque l’Europe céde à la tentation libérale au détriment des droits politiques et sociaux, les défis globaux de la justice sociale, du développement durable et de la paix ne pourront pas être surmontés en se coupant de nos plus proches voisins.

JE M’ENGAGE en faveur d’une franche collaboration avec l’Union européenne, dans le respect de la souvraineté de la Suisse et des acquis sociaux.

Accueil des exilés

Patrie de la Croix-Rouge et pays où siègent les Nations unies, la Suisse a une longue tradition humanitaire. Des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants sont contraints de quitter leur pays parce que les conflits armés, les pouvoirs autoritaires et les catastrophes naturelles représentent un danger mortel pour eux.

JE M’ENGAGE pour que la Suisse offre à toutes les personnes qui n’ont pas eu le choix de laisser leur patrie derrière elles un accueil digne, axé sur l’hospitalité et l’intégration, en accord avec ses prinicpes et ses engagements internationaux.

Aide au développement

Près de la moitié de la population mondiale vit avec moins de 5,50 dollars par jour. Une personne sur quatre (environ 1,9 milliard de personnes) vit avec moins de 3,20 dollars par jour. Et une personne sur dix vit dans une « extrême pauvreté », ce qui signifie qu’elle doit se débrouiller avec moins de 1,90 dollar par jour.

Dans le cadre de l’ONU, la communauté internationale et la Suisse ont convenu que les pays riches devraient consacrer au moins 0,7 % de leur revenu national brut à leur engagement de développement international. Le 5 avril 2019, le Comité d’aide au développement de l’OCDE a rappelé à la Suisse qu’elle devrait notamment rétablir son engagement à consacrer au moins 0,5% de son revenu national brut à l’aide publique au développement. Cette promesse avait été tenue entre 2014 et 2016, mais le budget 2017-2020 ne prévoit d’atteindre que 0,48%. Le niveau a même été réduit à 0,46% en 2017 et à 0,45% en 2018. C’est le taux le plus bas depuis 2013. La Suisse se situe au-dessous de la moyenne des membres de l’Union européenne dans ce domaine. D’autres pays consacrent 1 % de leur PNB à la coopération internationale.

JE M’ENGAGE à me battre pour que la Suisse respecte ses promesses en matière d’aide au développement.

L’aide au développement et à la coopération suisse contribue à soutenir les pays émergeants désireux de s’engager dans voie de la bonne gouvernance et du respect des droits de l’homme, créant ainsi des conditions favorables à l’existence de leurs habitants.

JE M’ENGAGE à m’opposer aux projets de développement qui sont uniquement motivés par la perspectives d’accords sur la migration avec des pays qui ne prennent pas d’engagements sérieux en faveur de leur population.

Souvent, les pays émergeants disposent de richesses importantes, mais qui ne profitent pas suffisamment à leur population et dont l’exploitation intensive se fait souvent au détriment des travailleurs, de la population locale et de l’environnement naturel.

JE M’ENGAGE pour que les entreprises basées en Suisse qui exploitent les ressources de pays en développement soient justement taxées et que ces pays bénéficent d’une part équitable de l’impôt, et pour que la Suisse exige de ces entreprises une exploitation socialement et écologiquement responsable.

Portrait

Le droit à la différence, et donc la protection et la promotion de toutes les minorités, me sont venus presque naturellement de par mes origines et mon parcours de vie.

Ma mère piémontaise, mais de langue maternelle française car née à Echallens. Mon père, tessinois, et fier de l’être.

Née à Berne, j’ai fréquenté l’Ecole de langue Française. J’ai poursuivi mes études de droit à Neuchâtel, puis aux Etats-Unis, à Washington DC, avec une spécialisation en droit international public, plus spécifiquement les droits de l’homme. J’y ai débuté ma carrière professionnelle en travaillant pour une ONG venant en aide aux familles des militaires disparus lors de la guerre du Vietnam. Une opportunité de formation m’a conduite en 1996 en Valais, à Martigny, puis j’ai déménagé à Savièse en 2002 où je réside avec ma famille.

Professionnellement, je suis engagée dans le domaine des droits de l’enfant et la protection de l’enfance. J’ai travaillé 19 ans pour l’Institut international des droits de l’enfant, à Bramois, et 9 ans pour la fondation Protection de l’enfance Suisse, à Berne.

Grâce à mon parcours de vie, je suis polyglotte. Je me bats pour le respect des langues latines et le bilinguisme. J’ai fait le tour du monde, j’aime l’art contemporain et le théâtre.

Mon engagement professionnel m’a amenée à l’engagement politique : Par une participation à l’élection à la Constituante valaisanne (novembre 2018) sous l’étiquette de Gauche citoyenne, puis sous la bannière socialiste pour l’élection au Conseil national (octobre 2019).

Je suis mariée à Pierre Gapany depuis 2001 et nous avons deux enfants adolescents.

 

Actualités

Ma campagne en quelques points

Ma campagne pour les élections fédérales touche bientôt à sa fin et j’ai envie de partager quelques impressions, liées à ma participation à l’émission Forum intitulée "Comment faire campagne : sur les réseaux sociaux ou dans la rue ?" Fidèle à mes convictions...

Parce que nous le valons bien

Parce qu'il y a aussi des copines de liste... Contrairement au pronostic du Nouvelliste du 28 septembre 2019, les femmes sont bien là ! Et elles doivent faire partie de la délégation valaisanne au Conseil National. Pourquoi ? Et bien, écoutez-nous !...

Dans les médias

Professionnel

Pressbook
Pressbook

Excision
Excision

Le Nouvelliste – 02.06.2019
Les droits de l’enfant parcourent le Valais en bus jusqu’à fin 2019

Le temps – 17.03.2015
Education sexuelle, un droit de l’enfant

Pladoyer – 26.05.2015
Une nouvelle ère à l’Institut des droits de l’enfant

Le Nouvelliste
En mission au pay de l’Himalaya

Terra Cognita – printemps 2010
Les mutilations génitales féminines : une pratique néfaste

Bulletin des droits de l’enfant – 03.09.2012
Entrée en vigueur de la norme pénale réprimant spécifiquement les mutilations génitales féminines

Tribune de Genève- 20.10.2014
Genève international

Dossier DEI Suisse – 03.09.2012
Bulletin Suisse des droits de l’enfant

Bulletin des droits de l’enfant Suisse – 18.06.2012
Recht auf Bildung für alle

Canton – Grand Fribourg  – 02.06.2012
Les moyens pour lutter contre l’excision en Suisse s’intensifient

Le Nouvelliste – 07.01.2010
Cent trente millions de femmes concernées

Le peuple valaisan – 27.11.2009
Les odeurs de la semaine

Le Nouvelliste  – 30.10.2008
Mariage forcé plus jamais

Le Nouvelliste – 12-11-2008
Rap contre violence

Le Nouvelliste – 28.11.2007
Faire tourner la clé du secret

Bulletin Suisse des droits de l’enfant – 02.06.2006
Mutilations génitales féminines : du tabou aux stratégies d’intervention

Fédération mondiale de Volley
L’enfant est au cœur des préoccupations

Le Nouvelliste
Le volleyball veut être un exemple à suivre

Constituante
Le Temps – 13.11.2018
A l’épreuve de la Constituante
Divers

Galerie photos

Pin It on Pinterest